Amitiés Franco-Chinoises Nancy Lorraine
Association adhérentes à la Fédération des Associations Franco-Chinoises

14, rue du cheval blanc 54000 NANCY- tél. 03 83 41 15 40

 

ACCUEIL | ACTIVITES | EVENEMENTS | ADHESION | CONTACT | LIENS

| CUISINE CHINOISE | TIMBRES |

EVENEMENTS 2015

 

afc

La lettre d'information @fc
de l'Association Amitiés Franco-Chinoises

 

Newsletter N°91 : janvier 2015 (pdf)
Newsletter N°92 : février 2015 (pdf)
Newsletter N°93 : mars 2015 (pdf)
Newsletter N°94 : mars 2015 (pdf)
Newsletter N°95 : avril 2015 (pdf)
Newsletter N°96 : avril 2015 (pdf)
Newsletter N°97 : juin 2015 (pdf)
Newsletter N°98 : juin 2015 (pdf)
Newsletter N°99 : septembre 2015 (pdf)
Newsletter N°100 : septembre 2015 (pdf)
Newsletter N°101 : octobre 2015 (pdf)
Newsletter N°102 : novembre 2015 (pdf)
Newsletter N°103 : décembre 2015 (pdf)
 

 

Cinéma



« Au-delà des Montagnes »
Jia Zhang-Ke

Chine, fin 1999. Tao, une jeune fille de Fenyang est courtisée par ses deux amis d’enfance, Zang et Lianzi.
Zang, propriétaire d'une stationservice, se destine à un avenir prometteur tandis que Liang travaille
dans une mine de charbon. Le coeur entre les deux hommes, Tao va devoir faire un choix qui scellera le reste de sa vie et de celle de sonfutur fils, Dollar.
Sur un quart de siècle, entre une Chine en profonde mutation et l’Australie comme promesse d’une vie meilleure, les espoirs, les amours et les désillusions
de ces personnages face à leur destin.
"C'est un monde en proie à une graduelle déshumanisation et au règne de l'argent que nous peint Jia Zhang-Ke.
Avec une liberté formelle permanente, l'esthétique même du film en témoigne : les couleurs franches du début laissent peu à peu place à des teintes lissées,
le cadre de l'image s'élargit progressivement jusqu'à acculer les protagonistes dans les recoins isolés de l'image.
De même, la narration se révèle d'une grande ingéniosité, en multipliant les ellipses, en essaimant ses personnages avant de mieux les retrouver.
Plein d'empathie pour eux, Jia Zhang-Ke revient sans cesse sur le noyau de son histoire :
l'inconsolable sensation que nous avions toutes les cartes en main mais que quelque chose a raté. Certes, c'est bien de la Chine dont nous parle Jia Zhang-Ke.
Mais il faut bien reconnaître que ce sentiment, ainsi qu'une certaine marche du monde, confère à son récit un caractère d'universalité.
Au-delà des montagnes se déploie alors comme une fable intime autant que politique, inquiète des imbrications que les
mutations économiques provoquent dans nos manières de vivre et dans notre capacité à aimer.
Et s'épanouit la beauté d'une mélancolie exprimée, noire et lyrique à la fois." Utopia

Actuellement au Cameo – Commanderie - Nancy

 

 

Disparition



C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de Robert Muzy, dans sa quatre-vingt-dixième année.
Pendant de nombreuses années, Bob a organisé, avec son épouse Suzon, le cours de cuisine chinoise. Il y apportait sa gentillesse et sa bonne humeur.
Ces derniers temps, des problèmes de santé ne lui permettaient plus de participer aux activités de l’association, mais il est resté un adhérent fidèle.

 

 

Exposition

 

 

Conférence


Le mariage chez les Han

Organisée par l’Espace Chine Centre Culturel,
Jeudi 3 décembre, à 19 h 15
Chez Lihua, 98 rue St Dizier à Nancy

 

 

Séminaire


"Une présentation des idées maîtresses du grand penseur taoïste Zhuangzi
à travers l'étude du premier chapitre de son oeuvre."


par Elisabeth Rochat de la Vallée, sinologue,
Les 5 et 6 décembre 2015 (Samedi de 15h – 19h - Dimanche de 9h30 – 12h30 / 15h – 18h00)

au Domaine de l'Asnée à Villers les Nancy.
Renseignements et inscriptions auprès de
anne.ciocca@orange.fr

 

 

Massage chinois



Stage de massage chinois AnMo de bien être à Nancy
le dimanche 27 décembre.
Offre promotionnelle de massage AnMo yin/yang
4 mains avec Dany SARGIS formateur en arts internes chinois et Hélène Jonquet praticienne Reiki-Usui
Dos et visage, durée 45 minutes 40 €
Corps complet durée 75 minutes 50 €
Sur rdv uniquement.
contact 06.87.49.88.79 ou yin.yang@free.fr

 

 

Danse



TAO DANSE THEATER, interprété par six
danseurs chinois, le mardi 24 novembre à
20h30 à la Comète, Scène

 

 

Conférence


L'alcool en Chine, culture et économie

Le baijiu est le terme générique qui désigne en Chine tout alcool de céréales. Très prisé des Chinois, il est pourtant quasiment totalement
inconnu à l'étranger où on le confond généralement avec le saké, cet alcool de riz japonais. On imagine d'autant moins à quel point il représente en Chine une véritable institution,
présent partout, dans tous les domaines et toutes les couches sociales, de la littérature aux arts en passant par la politique.
Une introduction aux usages de l'alcool dans la tradition chinoise (littérature, peinture, usage sociaux...), accompagnée d'une présentation des
différents types d'alcool et des principales sociétés productrices, par M. Joël Brulé, enseignant à la retraite, féru de culture chinoise.



Mardi 1er Décembre 2015, à 20 h
à la MJC Lillebonne,
14 rue du Cheval Blanc à Nancy

 

 

Etudiants chinois


Les nouveaux étudiants chinois de Nancy et de Metz ont été accueillis par les anciens,
le dimanche 11 octobre à la base de loisirs de Bures, près de Lunéville.

Le consul général de Chine à Strasbourg, des représentants des associations « Amitiés Franco-
Chinoises » et « Chinois en Lorraine » ont participé à cette journée de rencontres et de convivialité.

 

 

Une rue « Auguste François » à Lunéville



L’idée avait été évoquée en 1991, à l’occasion de la première exposition, initiée par notre association, en hommage à Auguste François, natif
de Lunéville, consul de France en Chine à la fin du XIXème siécle et grand photographe.
Le 19 septembre de cette année, la rue Bel Air a été rebaptisée rue Auguste François par le maire
de Lunéville, en présence de représentants des associations « Auguste François » et « Amitiés Franco-Chinoises ».

 

 

 

 

Bandes dessinées…

Blood & Steel, tome 4, de Felix JP, aux éditions Kotoji.
« Les plus grandes écoles de Kung-fu ont été décimées par le clan du Wudang dont le but est de démontrer
la supériorité de son art par rapport aux autres clans. Des survivants ont décidés de se réunir pour se venger des assassins... »

A l’occasion de la sortie du 4ème tome de Blood & Steel, Felix IP, son auteur,
originaire de Hong Kong, sera présent dans notre région pour une tournée de dédicaces :
- du vendredi 11 au dimanche 13 septembre au Livre sur la Place, à Nancy, sur le stand des éditions Kotoji,

- mardi 15 septembre à la librairie Momie à Metz,

- mercredi 16 septembre à la librairie Album à Nancy,

- du vendredi 2 au dimanche 4 octobre au festival BD de Marly.

 

 

Cinéma…



A Touch of Zen
Film de King Hu – Taiwan – 1969 – 2 h 59

Chine, sous la dynastie Ming. Gu Shengzai, vieux garçon lettré exerçant la profession de peintre et d’écrivain public,
mène une vie tranquille avec sa mère, laquelle cherche à tout prix à le marier. Lorsqu’une nouvelle voisine vient
s’installer dans la maison d’à côté, l’occasion est inespérée.
Mais cette jeune fille mystérieuse n’est autre que Yang Huizhen, dont le père a été assassiné par la police politique
du grand eunuque Wei et qui est depuis recherchée pour trahison…

A Touch of Zen impressionne par sa composition narrative, et par les rapports singuliers à l’espace, au temps et au
surnaturel qu’il élabore. La composition narrative accompagne un personnage dont il est d’abord impossible
d’identifier le statut, héros ou comparse, témoin ou force motrice, et qui progresse vers le centre d’un récit qui se
révèle n’être qu’un satellite d’un autre récit, plus ample, lui-même dramatisation romanesque d’un troisième
énoncé, plutôt philosophique et religieux.

Le lettré pauvre, écrivain public et peintre sur commande qui refuse le pouvoir est entrainé dans une lutte à mort
entre des clans de la cour impériale et y révèlent des talents de stratège insoupçonné, des personnages surgissent, se révèlent sous des jours inattendus,
disparaissent brutalement. Au centre de l’affaire émergent deux figures principales, une jeune guerrière et un moine.
Entre virtuosité narrative, ellipses fulgurantes et convocation de significations cachées, la narration du film est d’une
richesse qui occupe de manière tumultueuse, parfois abrupte, ses 3 heures de projection. Elle est portée par une
interprétation là aussi inhabituelle au regard des règles classiques occidentales, et qui va de la stylisation extrême
inspirée de l’opéra à l’héroïne campée de manière très moderne par Hsu Feng (qui deviendra une star en Asie grâce à
ce film, et plus tard une productrice importante de la génération suivante des cinémas chinois). Sans parler de la très
singulière présence, toute en puissance métaphysique, du grand prêtre expert en arts martiaux.

L’aventure à multiples rebondissements mêle drame et comédie, film de fantômes et fable ésotérique, instants
sensuels et combats chorégraphiés au cordeau, dans un environnement qui passe avec virtuosité d’un carton-pâte
assumé à des paysages impressionnants. Cadrages et mouvements de caméra, la construction des plans s’inspire
directement de la grande peinture classique chinoise. Et sans qu’il soit besoin d’en connaître les arcanes c’est toute la
conception du monde qui trouve des traductions visuelles, par les positions des corps dans l’espace, les déplacements
dans la durée, la circulation entre des états de la réalité.

Sans doute les envols de combattants et les progressions par bonds gigantesques n’étonnent plus désormais,
banalisés par des centaines de sous-produits. Mais la grâce et l’énergie qui émanent des scènes d’affrontement, la
dureté brute de certaines situations, la tendresse qui surgit soudain restent la marque singulière de ce film fondateur,
sommet dans son territoire d’origine, repère fondateur dans le reste du monde. Ils font de A Touch of Zen,
aujourd’hui, un film à la fois immédiatement réjouissant et une inépuisable source de découvertes visuelles, sonores et rythmiques.


Actuellement au Caméo – Nancy – Commanderie

 

 

Expositions

Auguste FRANÇOIS, diplomate et photographe, né à Lunéville en 1857 et mort à Belligné (Loire- Atlantique) en 1935, a donné sur son époque un témoignage exceptionnel.
Il a débuté une carrière administrative à Arras, puis à Nancy et Paris. Rattaché aux Affaires Etrangères en 1885, il est lancé, un peu par hasard, dans une carrière diplomatique en Extrême-Orient. A la fin du XIXe siècle, il effectue plusieurs missions au Tonkin (1886-1887) puis en Chine (1896-1904) où son nom demeure associé au chemin de fer du Yunnan dont il avait été chargé de négocier la concession. Photographe passionné, Auguste François réalisa des milliers de clichés d'une Chine encore intacte des influences occidentales.
Dès 1901, six ans après l'invention du cinématographe, il tourne au Yunnan des images d'un intérêt ethnographique indéniable.
Edith de Miramon (1874-1961), contemporaine d'Auguste François, a elle aussi beaucoup voyagé. De ses périples en Chine, elle a rapporté de nombreux souvenirs, dont de splendides vêtements de mandarin, des théières, des dessins...
Un ensemble de manifestations proposées par la mairie de Lunéville, avec la participation du Château de Fléville, du Château de Lunéville, des Amitiés Franco-Chinoises – Nancy-Lorraine, et de l’association Auguste François, vous propose de découvrir ces deux personnages méconnus et leur regard particulier sur la
Chine de la fin du XIXème siécle.

Les expositions :



- Tour de l'église Saint-Jacques, 2 place Saint-Rémy à Lunéville : photos d'Auguste François sur la Chine
du début du XXe siècle; objets ayant appartenu à Auguste François ; décor restituant l'art de vivre à la
chinoise fin XIXe - début XXe siècle.
Ouverture : de10h à 12h et de 15h à 17h, tous les jours (entrée libre)

- Maison du Tourisme, 2 rue de la Tour Blanche à Lunéville : photos d'Auguste François ; pièces en
faïence “décor au chinois”. Ouverture : du lundi au jeudi de 10h à 12h et de 14h à 18h, le vendredi de
10h à 12h et de 14h à 19h, les samedi et dimanche de 10h à 19h (entrée libre).

- Gare de Lunéville, Place Pierre Sémard : photos évoquant la construction du chemin de fer du
Yunnan. A partir du 1er septembre - entrée libre

- Château de Fléville: collection d'Edith de Miramon ; photos d'Auguste François
(essentiellement les paysages de Chine) ; le dîner du Consul (table dressée en faïence de Lunéville).
Ouverture : du 15 au 30 juin et du 1er septembre au 15 octobre, les samedi, dimanche et jours fériés de
14h à 19h / du 1er juillet au 31 août, tous les jours, de 14h à 19h / Sur réservation pour les groupes (03
83 25 64 71) Entrée adulte : 9,5 € / 6 - 14 ans : 7 €

Une conférence :

« Auguste François, un Lunévillois en Chine » par Bernard et Pierre Seydoux, responsables de
l’association Auguste François. Le samedi 19 septembre, à 14h30, 2ème niveau du Centre Culturel Erckmann.

Un changement de nom de rue :

Le samedi 19 septembre, à 11 h 30, la rue Bel-Air à Lunéville sera officiellement baptisée rue Auguste François.

 

 

Exposition

Invitation au voyage…
Vu en Chine

L’exposition photographique « Vu en Chine » réunit des instantanés captés par des lorrains lors de leurs
voyages en Chine : des portraits, des paysages, des scènes de la vie quotidienne…

Elle sera présentée au Haut Château d’Essey les
Nancy, les samedis et dimanches, de 14 h à 18 h,
du 05 au 20 septembre 2015.

 

 

Echanges…


La comtesse de Lambel accueille M. He au château de Fléville.


En marge des animations autour d’Auguste François
(cf. ci-dessus), notre association a invité. M. HE Yanjun,
Consul général de Chine à Strasbourg, à visiter notre région.
Au programme, visite des châteaux de Fléville et Lunéville, inauguration d’une plaque
commémorative sur la maison natale d’Auguste François, visite des expositions …

 

 

Cinéma

En 1946, après la capitulation japonaise, la guerre civile fait rage en Chine. Des bandits sans foi ni loi en profitent pour occuper le nord-est du pays.
Hawk est le plus puissant et le plus redouté de ces barbares. Avec ses hommes, il vit dans une forteresse imprenable, lourdement armée, au sommet de la Montagne du Tigre.
L’Unité 203 de l’Armée de Libération traverse cette région lorsqu’elle tombe sur des hommes de Hawk en train de piller un village...
Un film de Tsui Hark.

Actuellement au Cameo – St Sébastien – Nancy

Une famille recomposée dans une ville industrielle chinoise. Lorsque les hospitalisations du père deviennent de plus en plus fréquentes et coûteuses, toute la famille se trouve ébranlée.
La mère enchaîne les petits boulots et se démène pour trouver de l’argent, la grande soeur décide de travailler secrètement dans un bar et Lin, le petit frère,
stigmatisé par la maladie de son père et rejeté par ses camarades, fuit l’école et se réfugie dans un monde rêvé, un monde fantasmatique, un monde de fantaisie.

Au Cameo de Metz, à partir du 1er juillet

 

 

Evénement
40 ans de l'Association Amitiés Franco-Chinoises de Nancy Lorraine

29 mai 2015, Le mot de la Présidente,

Chers amis,

D’abord un grand merci à vous tous de nous faire le plaisir d’être là ce soir pour la célébration du 40ème anniversaire de l’association des Amitiés Franco-Chinoises – Nancy-Lorraine.
Merci à M. He, consul général de Chine à Strasbourg, et à nos partenaires : M. Berlémont, qui représente le maire de Nancy, à Fengyu Mikusek, présidente de l’Association des chinois en Lorraine, à Xu Yayun, présidente des Etudiants et chercheurs chinois à Nancy, à Franck Cornu, président de la MJC qui accueille l’association depuis 1975, à Clémence Ortega de l’IUT du Montet…
Et un très grand merci à tous ceux qui ont contribué à la réalisation de cette soirée.

Fêter un anniversaire n’a rien d’exceptionnel, cela arrive à chacun d’entre nous, aux personnes qui nous sont chères. Fêter l’anniversaire d’une association est également très courant, mais fêter le 40ème anniversaire d’une association est déjà moins ordinaire.

Nous vous présenterons tout à l’heure une rapide rétrospective des activités de l’association depuis sa création en 1975 et vous pourrez constater le chemin parcouru.

En effet, en 40 ans, que de changements !
La Chine a changé, la France également ! Les relations entre les deux pays et entre les deux peuples se sont développées. Rappelez-vous, nous avons célébré l’an dernier le 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la France et la Chine.

40 ans, pour un être humain, c’est, parait-il, l’âge de la maturité. Pour une association, c’est déjà une belle marque de longévité.
Le secret de cette longévité tient sans doute dans le premier terme de l’intitulé de l’association : Amitiés, au pluriel.

Amitiés avec la Chine bien sûr.

Comme le dit notre plaquette de présentation de l’association, « la Chine, c’est

  • une culture plusieurs fois millénaire,
  • un peuple ingénieux qui inventa l’imprimerie bien avant Gutenberg,
  • une nation incontournable au niveau mondial…

La Chine fascine, mais demeure encore largement inconnue… » et il faut sans doute plus de 40 ans pour prétendre la connaître.

Etre ami avec quelqu’un n’est pas toujours facile. Etre ami de la Chine n’est pas toujours chose aisée non plus. Il se passe parfois dans ce grand pays des événements qui bousculent nos habitudes et nos convictions personnelles.

Ces événements, il n’appartient à l’association  ni de les nier, ni de les justifier, ou de les condamner. En revanche, il nous faut toujours chercher à comprendre, à approfondir notre connaissance, et cela avec le plus profond respect.

Amitiés avec la Chine donc et amitiés avec les Chinois également

Notre ville a eu la chance, dès les années 80, d’accueillir des étudiants chinois. Rappelons que 1978 est restée date symbolique de l’ouverture de la Chine. Ce fut une formidable opportunité pour nous, Nancéiens et Lorrains, de partager des connaissances, des traditions, des coutumes, de passer de longs moments ensemble.

De profonds liens d’amitié se sont noués avec certains d’entre eux, avec qui nous continuons à entretenir des relations, malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent. Il est toujours agréable de recevoir un mail, une photo ou de se retrouver à l’occasion d’un voyage en Chine… ou de leur venue dans notre pays pour le travail ou en touristes.

Un diaporama qui tournera en boucle pendant le buffet présentera des photos souvenirs des étudiants chinois à Nancy depuis 1980. Monique vous lira le message que Tian Gang nous a envoyé : ancien étudiant chinois  à Nancy, il est aujourd’hui responsable de Véolia pour le sud-ouest de la Chine. Vous pouvez voir également le dessin que SuHsia a réalisé ; elle a fait les Beaux-Arts à Nancy et est aujourd’hui une artiste reconnue à Taiwan.

Enfin Amitiés entre les membres de l’association

L’association, ce n’est pas seulement des cours, des expositions, des voyages… ce sont aussi des liens qui se tissent entre adhérents et qui se prolongent, bien au-delà de leur intérêt commun pour la Chine et la culture chinoise.
C’est aussi un lieu de rencontres avec des partenaires à l’occasion d’activités partagées.

Amitiés donc, Indépendance également

Notre association a toujours préservé son indépendance à l’égard de toute autorité ou de tout intérêt économique ou commercial. En revanche, elle essaie de créer des partenariats chaque fois que possible, au gré des opportunités.
C’est sans doute le second secret de sa longévité.

Vous le voyez. Tous ces ingrédients : amitié, curiosité, indépendance, et respect nous ont permis de garder le cap toutes ces années. Gardons les toujours à l’esprit pour poursuivre cette aventure dans les années à venir.

Et ce soir, je vous invite à partager ce moment convivial : vous avez déjà pu apprécier la musique de Michel et de ses amis. Chacun a voulu à sa façon fêter l’événement. Les élèves du cours de calligraphie ont assuré la décoration de la salle, et ceux des cours de cuisine ont largement participé au buffet qui clôturera notre soirée. Je ne dévoile rien, mais mentionnons juste une manifestation qui vient de commencer : c’est l’exposition de photographies prises par les adhérents au cours de leurs voyages qui est présentée à la Caisse d’Epargne ici à Nancy. Je vous invite à aller la découvrir, il y a de superbes tranches de vie. Merci à Michel, Jean-Pierre et David qui en sont les chevilles ouvrières.

Bonne soirée à tous en attendant de prendre le verre de l’amitié.

M He, consul général de Chine à Strasbourg remet un livre sur la peinture chinoise à Denise Dubois-Pot, présidente des Amitiés Franco-Chinoises
en présence de M Berlémont, représentant le maire de Nancy.

______________________________________________

___________________________

> Diaporama des activités de l’association : cliquer ici

> Message de Tian Gang : cliquer ici

> Message de la Fédération : cliquer ici

> Vidéo du chœur du cours de langue

 

 

Exposition photographique
« Vu en Chine »


Voyager en Chine est une expérience inoubliable…
C’est aller à la rencontre d’une culture plurimillénaire, de paysages époustouflants, et
surtout d’un peuple accueillant : les jeunes vous interpellent par de grands « Hello ! », les
adultes, plus réservés, vous sourient, les personnes âgées se dérident dès que vous vous
intéressez à leurs petits-enfants…

Les photographies présentées dans le cadre de l’exposition « Vu en Chine » sont des instantanés
captés par des lorrains lors de leurs voyages en Chine : des portraits, des paysages, des scènes
de la vie quotidienne…
Des souvenirs pour eux, une invitation au départ pour vous…


A la Caisse d’Epargne, place Dombasle, à Nancy,
Du mardi 26 mai au vendredi 19 juin, sauf samedi
après midi, dimanche et lundi.


 

 

Marionnettes

« Tea house », de Yeung Faï


Dans la famille du chinois Yeung Faï, les marionnettes font partie de la vie quotidienne depuis cinq générations.
Enfant, son frère et lui créaient des spectacles pour les autres enfants.
Son nouveau spectacle Teahouse (Maison de thé) entend reconstituer à sa manière, tendre et espiègle, l’atmosphère qui
régnait dans les maisons de thé quand les marionnettistes, dont ses ancêtres, s’y produisaient.
Hautes comme deux ou troispommes, les marionnettes virevoltent au bout des doigts de Yeung Faï.
La force d’expression des petits personnages est telle que la parole devient superflue, inutile.
C’est là un art autant difficile que subtil.
«L’élasticité des mains est fondamentale : les phalanges, la séparation de l’index avec les autres doigts» explique Yeung Faï.
Il faut une grande concentration pour faire correspondre «le mouvement de la marionnette et la respiration du marionnettiste» souligne-t-il.
Une maîtrise qui demande des années de travail et un entraînement quotidien, c’est le prix à payer pour
atteindre la sublime légèreté qui caractérise ses spectacles nourris de tradition pour mieux s’en affranchir.

A Metz, Tonneau Manège, place de la République
jeudi 7 mai à 19h, vendredi 8 mai à 15h, samedi 9 mai à 15h, dimanche 10 mai à 15h et 19h, mardi 12 mai à
18h et 21h, mercredi 13 mai à 15h30, jeudi 14 mai à 15h.
Durée estimée : 1h
Tarif : 20 €

Réservations : billeterie@festival-passages.fr ou 07.81.68.34.40
En marge de son spectacle Yeung Faï, animera une masterclass, gratuite et ouverte à tous mais
limitée à une vingtaine de participants. Le temps d’une initiation, d’une premiè̀re approche.
Une présentation publique pourra éventuellement couronner ces jours passés ensemble.
Le mercredi 13 mai de 9h30 à 13h30 / le vendredi 15 de 10h à 14h
Renseignements et inscriptions pour ces différentes actions:
public@festival-passages.fr
tél. 03 87 17 07 06

 

 

Stage de Qi Gong



Le stage, proposé par l’Institut Ming Men sera divisé en deux parties distinctes, et animé par deux intervenants :

1) Etude du Yi Jin Jing Le Yì Jīn Jīng (易筋經), littéralement « Classique de la Transformation des Muscles et des Tendons », est un ouvrage attribué à
Bodhidharma (Da Mo) et élaboré au temple Shao Lin au Vème siècle. Il décrit un ensemble d'exercices permettant le renforcement du corps et des organes internes.
Son essence réside dans l'harmonie des lois naturelles qui nous dirigent, dont le Yin-Yang. Sapratique unifie « Corps-Esprit », accroît Force et
Souplesse, et est reconnu pour lutter contre lestroubles articulaires, digestifs, cardiovasculaires et nerveux.
Cette partie sera transmise par Olivier RISSER, directeur de l’Institut Ming Men, praticien de
Médecine Traditionnelle Chinoise et spécialiste des Qi Gong Thérapeutiques.

2) Forme courte de Tai Ji Quan :
La pratique de ce Tai Ji Quan de style Chen Xin Yi Hun Yuan en 12 formes (陈式心意混元12 式太极拳) développera l'apprentissage de
l'harmonie à travers la lenteur et la fluidité des gestes.
La présentation de cet art interne tout en rondeur qui développe la prise de conscience de soi et la tranquillité de l'esprit s'appuiera sur la pratique
des Chan Si Gong (déroulement du fil de soie) et des Fang Song Gong (relâchement) et le travail de l'intention.
La transmission donnée par Dany Sargis, formateur diplômé en sciences de l'Education
et diplômé d'état en arts internes chinois depuis 1997, sera imprégnée principalement par celle de Wang Feng Ming Shi Fu.
Du 1er au 05 Juillet 2015 au Domaine de l’Asnée à Villers-lès-Nancy

Renseignements et inscriptions :
Institut Ming Men
Tél: 03 83 96 26 20 / 06 09 88 02 18
www.institut-mingmen.fr

 

 

Exposition


L’école de Lingnan

Dernière grande école de peinture traditionnelle chinoise, l'école de Lingnan est née au Guangdong (actuelle région de Canton), province depuis longtemps
ouverte au commerce international et aux influences étrangères.
Au début du XXe siècle, Chen Shuren et les deux frères Gao, Gao Jianfu et Gao Qigeng, s'inquiètent de l'essoufflement politique et culturel de la Chine.
Comme bon nombre de leurs contemporains artistes et penseurs, ils se tournent alors vers le Japon pour refonder une modernité chinoise.
Ils s'inspirent du Nihonga, mouvement rénovateur de la peinture traditionnelle japonaise, et élaborent un style pictural original.
L'école de Lingnan s'enrichit des sujets naturalistes propres à la sensibilité japonaise. De plus, les thèmes inspirés par l'actualité contemporaine et d'autres mettant en
scène le peuple dans ses activités quotidiennes occupent une place jusque-là inédite dans l'art chinois.
La montée du nationalisme en réponse à la perte d'autorité de l'Etat mandchou et face aux ingérences étrangères, conduit ces artistes à s'interroger sur les implications sociales et politiques
de leur travail et à aborder frontalement les événements tragiques de l'histoire en marche.
Grâce à la riche collection du Musée de Hong Kong et au prêt d'oeuvres japonaises par des musées européens et des collectionneurs privés, le musée
Cernuschi retrace la naissance de cette école et la complexité de son inscription dans un contexte politique mouvementé qui lui confère son importance
artistique autant qu'historique.

Au musée Cernuschi à Paris,
Jusqu’au 28 juin

 

 

cinéma

Liliane apprend avec horreur la mort de son fils Christophe, survenue accidentellement en Chine. Alors qu'elle voudrait rapatrier le corps, elle se heurte à l'administration française. Elle se rend alors sur place et c'est un vrai choc des cultures. Elle ne connaît évidemment rien de la langue et a donc du mal à communiquer avec Danjie,
la petite amie de son fils.
Elle décide d'écrire un journal dans lequel elle consigne toutes ses impressions et ses découvertes sur un pays qui fascinait son enfant.
Petit à petit, elle trouve sa place auprès de gens aimants et chaleureux...

LA CRITIQUE de TELERAMA
Elle est vêtue d'un long manteau rouge et traîne maladroitement une petite valise. Liliane est perdue dans l'immense gare de Shanghai, mais parvient, tant bien que mal, à retrouver l'immeuble où vivait son fils, dont elle vient rapatrier le corps. La voisine du jeune homme l'invite à dîner... Tristesses impalpables, silences douloureux : la lumière de Zoltan Mayer, photographe célèbre devenu réalisateur, est belle, sa mise en scène, discrète. Et Yolande Moreau, magnifique, une fois encore.
Ensuite, malgré quelques surprises amusantes (une chanson de Jacques Brel dans un village reculé de Chine), l'intensité faiblit.
Evidemment, la mère rencontre la fiancée, ravissante, de son fils.
Evidemment, elle prend conscience des raisons qui l'ont poussé à la fuir. Evidemment, elle se transforme au contact d'une culture inconnue... L'émotion vire à l'attendrissement. Tout devient prévisible, alors que le début misait sur l'inattendu.

Actuellement au Cameo – Commanderie à Nancy

 

 

Exposition


« San Mao » est une BD chinoise des années 1930-1940, dessinée par Zhang Leping, qui établit une critique cinglante du Shanghai d’alors où coexistent le luxe le plus arrogant et la misère la plus profonde.
San Mao est un enfant des rues. Comme son nom l’indique, il n’a que trois poils sur le caillou.
Malgré sa misère, il n’hésite pas à partager sa maigre pitance avec plus pauvre que lui.
Ses bonnes intentions ne sont pas reconnues : ainsi quand il rapporte le
portefeuille qu’un passant a laissé tomber, il est accusé de l’avoir volé...
Les aventures de San Mao paraissent en feuilleton dans la presse chinoise et connaissent, à l’époque, un écho important.
Elles ont récemment été rééditées en France par les Editions Fei et ont reçu le prix du Patrimoine au festival d’Angoulême.
L’exposition resitue San Mao dans le contexte chinois de l’époque et présente des reproductions de nombreuses planches.

A la galerie du Château de Mme de Graffigny à Villers les Nancy,
du lundi 30 mars au dimanche 6 avril 2015,
du lundi au vendredi, de 14 h à 18 h ; samedi et dimanche, de 10 h à 18 h.


 

 

Stage de bâton long

Ecole Long Zhua
Stage de bâton long du sud et application martiale du bâton.

Le 28 mars de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h.
A Liverdun,
Tarif : 20 € / demi-journée.
Inscription : ecolelongzhua.free.fr

 

 

cinéma

"A la folie", derrière les grilles d'un hôpital psychiatrique chinois
Wang Bing, cinéaste des laissés-pour-compte, nous entraîne le temps d'un documentaire dans les cellules et les couloirs d'un centre psychiatrique
municipal du sud-ouest de la Chine.
Un homme gémit, pleure, marche comme un animal en cage :
"Comment avez-vous pu m’amener ici ?" Il s’immobilise derrière les barreaux : "C’est horrible… Je ne suis pas fou… Laissez-moi sortir d’ici."
Un autre s’approche de lui : « Ça a été pareil pour nous au début, ça ne sert à rien de pleurer."
Wang Bing, révélé par l’extraordinaire "A l’ouest des rails" (2003, 9h11 de projection !) et dont on a vu récemment le magnifique "les Trois Soeurs du Yunnan",
a filmé cette fois, de janvier à avril 2013, la vie dans un hôpital psychiatrique municipal du Yunnan, au sud-ouest de la Chine.
Plus de 200 patients y sont entassés, les hommes à l’étage supérieur, les femmes en dessous. Il leur arrive de se parler, parfois même ils s’approchent,
séparés par une grille.
Qui sont-ils ? Pour le savoir, il faut attendre la fin : certains ont assassiné père et mère, épouse et enfants, voisins ou inconnus.
D’autres ont été arrêtés pour vagabondage ou alcoolisme, dépression nerveuse, comportements tenus pour "anormaux"
("dévotion religieuse intense", "opposition aux lois du planning familial").
Tous ont été internés à la demande de la police, de la justice ou de leur famille. Violents et nonviolents
vivent ensemble, aucun ne peut payer les traitements que son état nécessiterait.
Les deux caméras utilisées par le cinéaste les accompagnent, elles demeurent immobiles lorsqu’ils s’arrêtent dans leur chambre, où ils peuvent être rassemblés en fonction de leur origine géographique ("Là, tu vas être bien, tu as un copain qui vient du même village que toi") ou dans les coursives de ce qui semble par moments un paquebot ancré au coeur des immeubles d’habitation. Jamais elles ne les lâchent, suractifs ou prostrés, sautant d’un lit sur l’autre,
tuant sur les murs des mouches qu’ils sont peut-être les seuls à apercevoir.
Visites des familles : l’un d’eux reçoit dans sa chambre son épouse et son fils, un autre parle à sa femme, qui a demandé son internement,
grâce au téléphone portable que lui tend sa fille à travers les ¬barreaux.
Souhaite-t-il qu’on lui apporte des cigarettes ? Non, il ne fume pas. Mais quoi d’autre lui apporter ?
Wang Bing filme les oubliés de la Chine de ce début de siècle, les laissés-pour-compte de la mondialisation,
les parias d’une marche en avant qui a détruit déjà tous leurs repères. Combien sont-ils ? Quelques dizaines de millions.

Actuellement au Caméo – Commanderie de Nancy

 

 

médecine chinoise

L’institut lorrain de médecine traditionnelle chinoise, propose des formations certifiantes et diplômantes pour tout public.
Elles sont assurées par des thérapeutes et des enseignants universitaires passionnés issus du milieu médical et paramédical, garantissant la qualité et la rigueur de ses enseignements.


Portes Ouvertes
Dimanche 15 Mars 2015, de 14h00 à 18h00
au Technopole de Brabois
1, Allée d'Enghien 54600 Villers lès Nancy

Stage de Réflexologie plantaire chinoise


les 21 et 22 mars 2015
tarif : 185 euros
Stage ouvert à tout public, animé par Mr Hugo Rocha.

Attention, places limitées, réservations dès à présent au
06.86.95.41.62
institutlorrainmtc@gmail.com

 

 

Stages de Tai Ji Quan et Qi Gong

Avec les moines de Shaolin à Darney (88260)
Les 7 et 8 mars 2015

Pour en savoir plus : cliquer ici

Renseignements au 03.29.09.86.50, mptdarney@yahoo.fr

 

 

Cinéma

Le film se situe en Chine, en 1969. Chen Zhen, et son ami, Yang Ke, jeunes étudiants originaires de Pékin, sont envoyés en Mongolie-Intérieure afin « d’éduquer » une tribu de bergers nomades.
Mais c’est véritablement Chen qui a beaucoup à apprendre – sur la vie dans cette contrée infinie, hostile et vertigineuse, sur la notion de communauté, de liberté et de responsabilité, et sur la créature la plus crainte et vénérée des steppes – le loup.
Séduit par le lien complexe et quasi mystique entre ces créatures sacrées et les bergers, il capture un louveteau afin de l’apprivoiser.
La relation naissante entre l’homme et l’animal – ainsi que le mode de vie traditionnel de la tribu, et l’avenir de la terre ellemême
– est menacée lorsqu’un représentant régional de l'autorité centrale décide par tous les moyens d’éliminer les loups de cette région.
Le « Dernier Loup », film de Jean-Jacques Annaud, est adapté du roman autobiographique de Jiang Ron, (réédité au Livre de poche).
Il serait en Chine, le livre le plus lu, depuis le petit livre rouge de Mao Zedong. Le film connaît actuellement un succès immense en Chine, où les spectateurs peuvent y voir, pour
certains un rappel de leur jeunesse révolue, pour d’autres un appel à plus de libertés individuelles, pour d’autres enfin, un appel à la défense de l’environnement.

Actuellement au cinéma UGC et Kinépolis de Nancy et de Metz.

 

 

Qi Gong

L'association YUN SHOU vous propose un stage
de Qi Gong le 28 FEVRIER 2015
de 10 H 15 à 12 H


au Gymnase Alfred Mézières à Nancy.
pour tous renseignements : yunshou.fr
tel : 06 85 10 67 14

 

 

Nouvel an chinois

Bonne année 2015

Bonne année de la Chèvre

Selon le calendrier chinois, la nouvelle année débutera le jeudi 19 février pour se terminer le 8 février 2016.
Le Nouvel an chinois, appelé en Chine la Fête du printemps, s’écrit 春节en chinois simplifié, 春節 en chinois traditionnel et Chúnjíe en pinyin.
Le Nouvel an chinois est la fête la plus importante des célébrations traditionnelles chinoises. Selon la tradition, la Fête du printemps
débute le premier jour du premier mois du calendrier lunaire : 正月, en pinyin: zhēng yuè. Il se termine au quinzième jour, avec la Fête des lanternes: 元宵节 Yuánxiāo jié.
2015 sera l'année de la Chèvre de Bois.
Celle-ci va nous abreuver de facéties et de drôles de péripéties.
De l’inattendu, des coups de théâtre, parfois de l’incongru…
Des événements pas toujours très logiques peuvent nous tomber sur la tête : on ne peut pas être sous l’égide d’un animal aussi
capricieux et présumer d’une année linéaire…

Nouvel an chinois à Nancy

La communauté chinoise et les amis de la Chine vous invitent à fêter le nouvel an chinois, le samedi 21 février.
Ils vous proposent :
> de 11 h à 18 h, dans les salons de l’hôtel de ville de Nancy, des animations : danses chinoises, démonstrations de tai-chi,
qi-gong, arts martiaux, contes chinois …
 des stands : cuisine chinoise, artisanat, médecine traditionnelle, calligraphie, peinture, mah-jong, go, massage, philatélie, …
 à 15 h, un concert de musique traditionnelle chinoise.
· à 13 h 45, un défilé du dragon de la place Charles III à la place Stanislas.

avec la participation des Amitiés Franco-Chinoises, de l’Association des Chinois en Lorraine, de
l’Union des Etudiants et Chercheurs Chinois à Nancy, de l’institut Confucius, de Li Hua, d’Asia
Délices, de la Maison des Tropiques, de Soroptimist, de l’IUT du Montet, des lycées Chopin et St
Dominique, du club Nemausos 54, de Long Chua, La Poste, Institut Lorrain de Médecine
traditionnelle Chinoise, institut Ming Meng, de Mme Wang Li, de M. Tan Jianzhang, …


photo et vidéo David Gouvenel

Bienvenue à la chèvre…
Cette année encore, la communauté chinoise et les amis de la Chine à Nancy ont offert aux nancéiens une célébrationfestive, animée et colorée du Nouvel an chinois :
- le défilé des dragons et des lions a réuni près de 500 personnes de la place du marché à la place Stanislas ;
- le concert et les animations ont également accueilli un public très nombreux;
- enfin les associations et établissements présents ont pu faire connaître largement leurs activités. Il y avait plus
de 45 mn d’attente pour atteindre les salons de l’hôtel de ville !


Cette année également, les Amitiés Franco-Chinoises – Nancy-Lorraine fêteront leur 40ème anniversaire.
Pour cette célébration, plusieurs événements sont prévus, en particulier :
- une rencontre festive et conviviale entre les adhérents et les partenaires de l’association, le vendredi 29 mai.
Retenez la date dès à présent ;
- une exposition « Vu en Chine » composée d’une sélection de photographies d’adhérents ;
- et plein de surprises…

Nous vous en reparlerons.

 

 

Exposition

La Chine traverse à la fin du 19e siècle de profonds troubles.
La Guerre de l’Opium (1839-1842) et les interventions occidentales, qui se soldent par le sac duPalais d’Été (octobre 1860), créent une pression étrangère source de multiples incidents.
L’exaspération culmine avec la Guerre des Boxers (1899-1901), le siège des légations
étrangères durant les « 55 jours de Pékin » et le partage de la Chine en zones d’influences concurrentes.
Dans ce contexte, la France voulut affirmer sa présence et relier par voie ferrée le nord de la péninsule indochinoise,
sous sa domination, au Yunnan, dans le sud de la Chine, s’ouvrant ainsi une voie de pénétration dans le vieil empire
fragilisé. Elle chargea Auguste François, consul en poste, de l’organisation des négociations avec les autorités
chinoises en vue de créer la ligne Laokay-Yunnanfu. Entre 1903 et 1908, Georges-Auguste Marbotte rejoint le projet.
La construction de la ligne de chemin de fer la plus complexe du monde,
riche de plus de 3000 ouvrages d’art – viaducs, tunnels, etc. –
sur les moins de 500 kilomètres de son parcours, scelle la rencontre entre le consul aventurier et le comptable voyageur, tous deux
photographes. Cette aventure les conduit à effectuer de nombreux voyages aux confins de l’empire.
Avec leurs objectifs ils immortalisent les populations qu’ils côtoient, leurs coutumes et modes de vie et le travail de
titans accompli par les ouvriers locaux sur un chantier singulièrement périlleux. Leurs magnifiques photographies
cadrent le plus souvent les actions et les êtres dans des paysages grandioses aux reliefs impressionnants ;
ces deux oeuvres photographiques, réunies dans l’exposition, révèlent la face cachée d’une Chine à la beauté étonnante où peu de voyageurs s’aventuraient loin des sentiers battus.
Après de multiples défis, à l’aube d’un siècle nouveau, le chemin de fer venait relier deux mondes, l’Indochine
colonisée et le Yunnan sauvage. La voie ferrée devenait un moyen de communication entre Orient et Occident et reste
aujourd’hui un symbole fort d’un siècle de relations humaines entre la France et la Chine. Cette voie ferrée que
les Chinois empruntent toujours a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2013.


Au musée Guimet de Paris, jusqu’au 6 avril 2015.

 

 

Cinéma


Le film d’animation « 108 rois démons » est (librement) adapté d’un récit fondateur en Chine « Au
bord de l’eau » de Shi Naian. Celui-ci relate les exploits, dans la Chine du XI° siècle, de cent huit
bandits, révoltés contre la corruption du gouvernement et des hauts fonctionnaires de la cour de l’empereur.
L’ouvrage, publié en France chez Folio est la source d’innombrables expressions littéraires ou populaires.
Le film, quant à lui, présente trois aventuriers, le jeune Prince Duan, le moine Zhang le Parfait et la
petite mendiante PeiPei qui se dressent pour combattre les 108 Rois Démons.


Présenté en avant-première à l’UGC Ludres le
dimanche 18 janvier à 11 h.

 

 

Cinéma

Afin de tenir la promesse faite à sa femme, Zhigen décide de retourner dans son village natal
pour y libérer son oiseau, unique compagnon de ses vieilles années. Il prévoyait de faire ce périple en solitaire, mais on lui confie Renxing, sa petite-fille, jeune citadine gâtée, contrainte de partir avec lui.
Au cours de ce voyage aux confins de la Chine traditionnelle, dans une nature
magnifique, la petite fille va découvrir de nouvelles valeurs, et particulièrement celles du coeur.


A l’UGC Ludres, dimanche 18 janvier à 10 h 45

 

 

RETROSPECTIVE EVENEMENTS :

2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011
|
2010| 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004

ACCUEIL | ACTIVITES | EVENEMENTS | ADHESION | CONTACT | LIENS

| CUISINE CHINOISE | TIMBRES |