Amitiés Franco-Chinoises Nancy Lorraine
Association adhérentes à la Fédération des Associations Franco-Chinoises

14, rue du cheval blanc 54000 NANCY- tél. 03 83 41 15 40

 

ACCUEIL | ACTIVITES | EVENEMENTS | ADHESION | CONTACT | LIENS

| CUISINE CHINOISE | TIMBRES |


J'apprends le Chinois...

Première langue parlée dans le monde, et deuxième langue sur l'internet, le chinois est parlé par plus d'1,5 milliard de personnes, et s'étend, au delà de la Chine, dans le monde entier.

Le Chinois, langue de culture
C'est la langue de civilisation de tout l'Extrême Orient, la voie d'accès à un vaste pays et immense culture, un patrimoine d'une fabuleuse richesse, ainsi qu'à la compréhension d'une mentalité. C'est aussi un contact avec une forme de pensée et d'expression radicalement diffèrente de la nôtre. Outil de communication, l'écriture chinoise possède une dimension esthètique, celle de la calligraphie.

Le Chinois, un atout professionnel
De plus en plus nombreux sont, et seront, les Français dont l'activité sera orientée vers l'Asie en général et le monde chinois en particulier. une des clès de la réussite en ce domaine reste une connaissance de la langue et de la civilisation chinoise.


Cours 2016-2017

Réunion d’information et d’inscription :
            Mardi 6 septembre 2016 de 18 à 20 h
            A la MJC Lillebonne, 14 rue du cheval blanc à Nancy
ou au 03.83.57.25.54



Cours de Langue Chinoise pour adultes
Pour découvrir une langue radicalement différente, et une immense culture.


Niveau 1 : le mardi de 18 h 15 à 20 h 15
Niveau 2 : le
lundi de 18 h à 20 h
Niveau 3 : le mercredi de 18 h à 20 h
Niveau 4 : le
lundi de 14 h à 16 h
Tarif : 290 € / 60 h / an.

Reprise des cours : la semaine du 12 septembre 2016



Cours de calligraphie

Au fil des siècles, l’écriture chinoise est devenue un art, l’art de manier le pinceau.
Une fois tracé, le trait ne souffre aucune correction, aucun retour en arrière…


Le mardi de 18 h à 20 h.
Tarif : 290 € / 60 h / an

Reprise des cours : le 13 septembre 2016


Cours de Cuisine Chinoise
Pour découvrir la cuisine chinoise authentique dans une ambiance conviviale.


Un jeudi tous les 15 jours, de 18 h 30 à 20 h 30 (complet).
Un lundi tous les 15 jours, de 11 h 30 à 13 h 30.
Tarif : 50 €, le cycle trimestriel de 5 séances.


Nombre de places limité. S’informer sur la disponibilité à
            contact@chinenancy.org

Reprise des cours : la semaine du 15 septembre 2016


Tous les cours ont lieu à la MJC Lillebonne,
14 rue du Cheval Blanc à Nancy
:

cliquer ici pour en savoir plus...

 

 

ACTUELLEMENT

 

Cinéma



Ta’ang
Un peuple en exil entre Chine et Birmanie
de Wang Bing

Documentaire franco-chinois, 2 h 27


« Documentariste talentueux, Wang Bing ne cesse de filmer les laissés-pour-compte en Chine :
ouvriers (à l’ouest des rails), enfants victimes des migrations intérieures (Les Trois Soeurs du
Yunnan), patients d’un hôpital psychiatrique (à la folie)… Avec Ta’ang, le cinéaste s’intéresse à un
groupe de réfugiés ayant fui le conflit qui a éclaté en 2015 dans la région de Kokang, en Birmanie, limitrophe du Yunnan.
Bâches mal fixées et poutres de bambou, vaisselle et toilette sommaire dans le ruisseau… Les
premières images témoignent de ce que vivent les déplacés de tous les continents. Mais d’emblée, la
caméra puise dans les visages – notamment ceux des enfants – la matière d’un récit incarné, où l’individu n’est pas réduit à sa condition d’exilé.
Dans la boue du campement ou autour du feu, la survie mobilise naturellement les esprits, les bras et
les dos. Mais Wang Bing donne aussi à voir l’inquiétude pour les proches, l’entraide, les souvenirs, les
appels téléphoniques. Faut-il rentrer ou partir cultiver la canne à sucre en Chine ? L’humanité qu’il
dévoile est celle de damnés qui portent leur fardeau sans se plaindre, trouvent la force de sourire un
peu. « J’ai peur d’être en train de mourir », dit une femme dont les yeux se ferment d’épuisement, à
la lueur d’une flamme orangée. Aucun signe d’une prise en charge par les autorités chinoises, à l’évidence redoutées.
Plus de 100 000 personnes (surtout des femmes et des enfants) auraient franchi la frontière, sur une
communauté de 800 000 membres. Une souffrance oubliée, que le cinéaste a pu capter dans des
conditions très précaires, avec une équipe réduite à trois personnes, au milieu des combats et des
trafics. Le résultat est magnifique, bouleversant. »

La Croix - 26.10.2016

Actuellement au Caméo – Commanderie – Nancy

 

 

Voyage


Du 6 au 21 octobre, 15 lorrains et 2 savoyards ont visité la Chine avec l’association.



Leur périple les a conduits à Shanghai (le quartier ancien et
l’hypermoderne Putong, le Bund et la concession française, le
musée et ses trésors …), à Suzhou (les jardins et les canaux), et
dans le Fujian (Xiamen et les étranges habitations rondes des
Hakkas, les tulous).


Les voyageurs ont également assisté à un époustouflant
spectacle d’acrobatie, et à des combats de grillons, rencontré
les peintres-paysans de Jinshan, échangé avec des paysans qui
récoltaient le riz…


Ils sont revenus avec des souvenirs pleins la tête, et des
centaines de photos à trier…

 

 

Exposition



Depuis les empereurs de Chine - grands intercesseurs entre le Ciel et la Terre -, qui le considéraient comme parure
naturelle, jusqu’à Cartier et les plus grands joailliers de Londres et de New York qui le sublimèrent au 20e siècle à
travers les créations Arts déco inspirées par le goût chinois, le jade demeure cette pierre éternelle et mythique, objet de
fascination et de pouvoir absolu pour le souverain.
Quelque 330 pièces exceptionnelles sont réunies pour la première fois en France,
prêtées par 15 institutions prestigieuses nationales et internationales dont le
Musée national du Palais de Taipei, prêteur pour environ un tiers des oeuvres
exposées. Une occasion unique pour le Musée Guimet de Paris de présenter
cette « belle pierre », « image de la bonté » pour Confucius, et de dérouler
l’histoire millénaire qui, depuis le néolithique jusqu’aux années 1920, ne cesse de questionner sa beauté,
sa vertu, son symbole et son prestige.

Au musée national des arts asiatiques Guimet à Paris, jusqu’au 16 janvier 2017.

 

 

Expositions

> Zeng Nian à la Compagnie française d’Orient et de Chine à Paris jusqu’au 27 août
Retour de Chine

Les photographies noir et blanc de Zeng Nian ont gardé le goût de l’estampe traditionelle. Mais leur contenu
témoigne de la Chine contemporaine – un chemin de fer abandonné, les rizières de la province du Guizhou
ou un moine méditant au sommet d’une montagne sacrée.


> Yan Pei Ming à Sète jusqu’au 25 juillet
Ruines du temps réel

Yan Pei Ming revient à Sète avec trois peintures in situ, antiportraits qu’il qualifie d’ « anonymes ».


> A la Fondation Cartier pour l’art
contemporain à Paris jusqu’au 8 janvier 2017

Le Grand Orchestre des Animaux…
Au rez de chaussée, les visiteurs pourront notamment découvrir l’extraordinaire dessin de 18 mètres de long
réalisé par l’artiste chinois Cai Guo-Qiang,tout spécialement pour l’exposition autour de l’oeuvre du musicien américain Bernie Krause .

> Variations asiatiques au Musée des beaux
Arts à Agen jusqu’au 19 septembre

Le musée sort de ses réserves des objets d’arts décoratifs de la vie quotidienne et des oeuvres sur papier issues de sa collection asiatique du XIX°


> Ai Weiwei à la Royal Academy of Arts à
Londres, jusqu’au 20 novembre 2016

 


Exposition

Gao Xingjian à Bruxelles : L’éveil de la conscience



Prix Nobel de Littérature en 2000, Gao Xingjian, Français d’origine chinoise, se veut un « passeur » entre le monde oriental qui constitue le socle de son
identité et le monde occidental dont il discute l’idée de modernité. Son oeuvre constitue aussi une passerelle entre peinture et écriture.
Les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles accueillent six oeuvres monumentales de Gao Xingjian, créées spécialement pour les lieux!
Dans ses « éveils de la conscience », l’artiste invite le flâneur à traverser l’image et à rencontrer, au-delà de
l’encre, l’idée dans sa nudité existentielle... là où les musées (re)deviennent un espace voué à la contemplation.

 

 

Exposition

Zao Wou-Ki

Au Musée Cernuschi, Paris, jusqu’au 23 octobre 2016
Dessins, céramiques et encres de Chine, bronzes et céladons de la collection du maître.


L’entrée dans la collection du musée Cernuschi de la donation de Madame Françoise Marquet-Zao est historique.
Tout d’abord, elle rappelle que, dès 1946, les oeuvres de Zao Wou-ki avaient été présentées pour la première fois en Franceau Musée Cernuschi.
Vadime Elisseeff, alors conservateur au musée, avait eu le discernement et l’audace de présenter au public parisien cet artiste à la fois jeune et inconnu !
La presse de l’époque avait tout de suite reconnu le talent de Zao Wou-ki.
Deux ans plus tard, le jeune peintre chinois arrivait à Paris, une ville qui allait demeurer l’espace privilégié de sa création.
Les oeuvres de la donation évoquent justement cette période au cours de laquelle Zao Wou-ki multiplie les expériences techniques et chemine de la figuration vers l’abstraction.
Ainsi pour le seul travail sur papier, l’artiste pratique le fusain, l’aquarelle, la gouache et bien sûr l’encre. Il réalise quelques portraits d’un trait sûr aux accents matissiens,
s’inspire aussi bien de modèles vivants nus que de gravures et d’estampages chinois antiques. Après quelques années de rupture, il retrouvera
la voie de l’encre à partir des années 1970 et ne la quittera plus. La série de compositions abstraites datées des décennies 1970 à 2000,
illustre avec précision les multiples facettes de cette recherche.
Il faut également souligner l’extrême importance des objets antiques collectionnés par Zao Wou-ki pour les collections patrimoniales du musée Cernuschi.
Il commence à les rassembler à partir de la fin des années 1960, mais c’est surtout à partir des années 1990 et 2000 que les acquisitions se font plus nombreuses,
au gré des achats, des cadeaux d’amis à l’occasion d’anniversaire ou de visites à l’atelier. Ces pièces datées des Shang aux Qing, témoignent de plusieurs
millénaires d’histoire de l’art de la Chine. Ces vases rituels, brûle-parfums aux patines vertes et bleutées, ces céladons aux formes simples sont aussi des sources irremplaçables
pour tous ceux qui souhaitent connaître le goût et l’intérêt pour l’antiquité chinoise de Zao Wou-ki.
La donation compte également des oeuvres des artistes chinois amis de Zao Wou-ki, en particulier Walasse Ting. Alors même que le musée Cernuschi prépare un hommage
à cet artiste pour l’automne 2016, ces oeuvres viennent enrichir les collections à point nommé.


Exposition du musée de l'Hospice Saint-Roch à Issoudun jusqu’au 30 décembre 2016

La collection personnelle de Zao Wou-ki, donation faite par Madame Françoise Marquet-Zao à la ville d'Issoudun en
octobre 2015, est présentée pour la première fois dans son intégralité.
Réunissant 90 oeuvres de 56 artistes différents, l'exposition retrace la constitution de cette collection d'artiste, les
affinités du peintre, les échanges avec ses amis, ainsi que ses acquisitions.

 

 

Retrouvez les Amitiés Franco-Chinoises sur Tweeter : @AFC_Nancy

 

 

RETROSPECTIVE EVENEMENTS :

| 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010
|
2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004

 

 

 

Carte de Chine : Les Provinces chinoises
La forme de la Chine est facilement mémorisable car en forme de poulet.

Comme le pluriel de son nom l'indique, les Amitiés Franco-Chinoises
réunissent tous ceux que la Chine passionne.

En rassemblant des personnes d'origines différentes et aux intérêts
divers, notre association se propose de développer les liens et les
échanges entre Chinois et Lorrains, et de favoriser une meilleure
compréhension entre les deux cultures.

 

 

ACCUEIL | ACTIVITES | EVENEMENTS | ADHESION | CONTACT | LIENS

| CUISINE CHINOISE | TIMBRES |